);

Le blog

Retour

Formation

27 SEPTEMBRE 2018

JEUNES EN FORMATION PROFESSIONNELLE, L’ALLEMAGNE, C’EST POSSIBLE !

Isabella ZimmerPar Isabella Zimmer

Jeunes en formation professionnelle, l’Allemagne, c’est possible !

C’est une table ronde exceptionnelle qui s’est tenue mercredi à l’Hôtel de Région de Toulouse. À l’initiative du Centre régional d’information jeunesse Occitanie (site de Toulouse), de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat et de multiples partenaires, de nombreux acteurs de l’éducation et de la mobilité internationale ont discuté des dispositifs existants ou à créer pour favoriser les expériences à l’étranger chez les apprentis. Surtout, plusieurs jeunes étaient venus témoigner ou poser des questions sur le sujet.

Apprentis boulangers, bouchers, carrossiers… les jeunes Français ayant effectué un séjour en Allemagne étaient unanimes : l’expérience était très enrichissante. À tel point que l’un d’entre eux l’a renouvelée une deuxième, puis une troisième fois avant de devenir formateur à son tour. Il parle de « déclic », ainsi que de l’engagement de Luc Garcia, référent mobilité internationale au CMA de Lézignan-Corbières qui a déjà « sauvé » plusieurs jeunes prêts à décrocher.

D’autres apprentis partis en Allemagne évoquent une autonomie accrue, des rencontres marquantes, l’acquisition de connaissances linguistiques ou de savoir-faire techniques, et même des offres d’emploi. Bref, « une expérience de vie », résume Hugo. Cet apprenti boulanger, qui affiche une maturité impressionnante pour ses 16 ans, a séjourné en Basse-Saxe avec deux amies effectuant une formation en coiffure.

Hugo a noué des liens amicaux avec sa famille d’accueil, qui a versé des larmes quand il est parti. « Il ne faut pas avoir peur de la langue allemande », affirme-t-il. Comme les autres, il raconte qu’on se débrouille, avec des rudiments d’allemand, de l’anglais, des gestes… sur le plan professionnel, Hugo s’est familiarisé avec de nouvelles techniques. Le pain allemand est plus brioché que le français, relève-t-il. Ses encadrants allemands ont eux aussi appris de cette expérience : Hugo s’est taillé un franc succès en leur confectionnant une baguette !

Sortir de son hésitation linguistique, de sa zone de confort pour faire une expérience enrichissante sur tous les plans : un réel avantage professionnel mais surtout humain – Nicolas Morvilliers, consul honoraire d’Allemagne

De nombreux professionnels de la mobilité ont également échangé sur les atouts liés à la mobilité des apprentis et sur les nouveaux projets en cours. Parmi les organisations participantes figuraient l’Office franco-allemand pour la jeunesse, Erasmus +, l’association Roudel, froodel.eu et Allemagne Diplomatie, dont les deux conseillères ont proposé une présentation sur les aides concrètes à la mobilité.

La mobilité internationale améliore l’insertion professionnelle, la citoyenneté et la qualité de la formation – Frédéric Bacqua, Direction de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage (DFPA)

« Erasmus est la première agence matrimoniale d’Europe, même si nous ne sommes pas là pour ça », a précisé Frédéric Bacqua : « Un jeune sur dix parti avec Erasmus Plus a fondé une famille binationale ». Raison de plus pour se lancer !

Télécharger le guide « La recherche d’emploi et de stage en Allemagne » !

                    

Le programme complet de la Quinzaine : www.15francoallemandeoccitanie.fr

Twitter : @15aine_LeBlog

#QFAO2018

Ces articles pourraient vous intéresser