Le blog

Retour

Économie

21 SEPTEMBRE 2018

L’AÉROSPATIALE FRANCO-ALLEMANDE : UNE COOPÉRATION QUI A DE L’AVENIR

Isabella ZimmerPar Isabella Zimmer

L’aérospatiale franco-allemande : une coopération qui a de l’avenir

Ils ont été nombreux, Français et Allemands, à donner le coup d’envoi du premier Forum aérospatial franco-allemand, le 20 septembre à l’Hôtel de Région de Toulouse : l’Agence de développement économique d’Occitanie (Ad’OCC), le Forum aéronautique et aérospatial du Bade-Wurtemberg (LR BW e. V.), la Fédération de l’industrie allemande du Bade-Wurtemberg (BDLI B.-W.), le Réseau d’affaires franco-allemand du Languedoc-Roussillon (RAFAL) et le Club d’affaires CAFA.

« Mais pourquoi investir tant d’énergie dans le franco-allemand ? Et pourquoi en Occitanie ? », s’est interrogé le modérateur de ce forum et président du CAFA, Markus Stephani. La question a été posée en présence du ministre plénipotentiaire de l’ambassade d’Allemagne, Pascal Hector, ainsi que du consul honoraire d’Allemagne à Toulouse, Nicolas Morvilliers.

Du haut de ses 5,7 millions d’habitants, l’Occitanie est une région très dynamique, qui affiche notamment le 4e PIB régional en France. Près de 30 000 chercheurs vivent et travaillent dans la région, Montpellier abrite la plus ancienne faculté de médecine en activité au monde, et l’Occitanie affirme être la première région de production viticole du globe. Tout cela fait d’elle une région qui plaît. « Et elle plaît aussi à de nombreuses entreprises allemandes, comme Bosch ou encore Siemens », explique Philippe Baylet, de l’Agence de développement économique AD’OCC.

Il s’agit de positionner notre région comme un phare pour les transports intelligents, affirme Richard Jarry, président du Réseau franco-allemand RAFAL et président de l’association Allemagne-Occitanie, l’Europe au cœur.

Or, l’Occitanie brille surtout pour son aéronautique civile, secteur emblématique des relations économiques franco-allemandes. Trois grands constructeurs, en particulier, ont été mentionnés à plusieurs reprises : ATR et AIRBUS, dont les sièges respectifs sont situés en région toulousaine, ainsi que DAHER, le plus ancien constructeur aéronautique au monde encore en activité.

En ce qui concerne l’aérospatiale, la région abrite désormais 230 entreprises employant au total 12 000 personnes. Là encore, le franco-allemand monte en puissance. Et la coopération ne cesse de s’intensifier ! Le 13 septembre 2018, un accord de partenariat a ainsi été conclu pour favoriser l’implantation d’entreprises françaises en Allemagne.

Il y a pourtant un bémol : « Le défi majeur qui se pose de nos jours est la crise des talents, un assèchement du marché. Les ingénieurs nous font défaut et les étudiants trouvent un travail avant même d’avoir terminé leur cursus ! », observe le directeur général de Ferchau, Marc Brunstein, provoquant un hochement de tête collectif. Peut-être faudrait-il imaginer une filière technique au sein de l’Université franco-allemande, avance Markus Stephani.

Autre défi de taille pour la coopération aéronautique franco-allemande : les « deux D » évoqués par Volker Thum, directeur général de la BDLI et Rolf-Jürgen Ahlers, PDG de ProxiVision GmbH, c’est à dire la « digitalisation et la décarbonisation », qui demanderaient une coopération renforcée entre la France et l’Allemagne.

On s’en rend compte, les discussions ont été très fructueuses lors de ce premier forum visionnaire. La coopération aéronautique franco-allemande a de beaux jours devant elle !

Le programme complet de la Quinzaine : www.15francoallemandeoccitanie.fr

Twitter : @15aine_LeBlog

#QFAO2018

 

Ces articles pourraient vous intéresser